Listing actualités
  • Publié le : 23 mars 2016
oméga 3 bienfaits enfants

Vertus des Oméga 3 sur les enfants

Il est recommandé de consommer des Oméga-3 particulièrement pendant la période de grossesse mais également pendant la période d'allaitement. 

Jusqu'à l'âge de 3 ans, il est conseillé de supplémenter l'alimentation du jeune enfant avec 1 cuillère à café d'Omega-3 CAPITAL CEREBRAL (huile de foie de morue pour enfant).

L'avantage de ce produit sous forme liquide est de faciliter sa prise quotidienne pour un jeune enfant.

Au cours du petit déjeuner ou d'un repas, ce complément alimentaire devient un rituel santé pour la maman et son enfant, facilité par l'absence totale de goût et d'odeur indésirable.

Il n'existe aucun risque de surdosage concernant ce produit. Néanmoins, l'EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) recommande une dose journalière de 5ml soit 1 cuillière à café par jour.

A partir de 7 ans, vous pouvez proposer l'huile de foie de morue sous forme de gélules.

A prendre en cure dès la rentrée scolaire jusqu'au printemps, date à partir de laquelle la carence en vitamine D est moins importante.

 

LYSI OMEGA 3 Capital Santé riche en vitamine A et D

Lysi Oméga 3 Vitamine A + D gélules 500ml

"C'est mon papa qui me donne tous les matins mon "sirop magique"! Il a un drôle de goût mais ma maman me dit qu'avec ça, je vais bien grandir et que je vais être fort comme papa!"

La preuve en image

"Maman m'a expliqué qu'à partir du mois d'octobre, on manque de vitamines. C'est vrai qu'en hiver, on se lève, il fait nuit, on rentre à la maison, il fait toujours nuit. Alors, en plus de me préparer de bons plats, maman me donne 2 gélules de Lysi Oméga3 Vitamine A+D pour m'aider à me concentrer et à bien grandir."

Etudes scientifiques sur les compléments alimentaires pour les enfants


"Consommation de poisson et résultats scolaires chez les enfants suédois"

Etude des professeurs JL Kim, A Winkvist, N Aberg, Ma Aberg

Institut de médecine Université de Gothenburg, Göteborg

Pour étudier les associations entre la consommation de poisson et la réussite scolaire en tant que paramètre cognitif chez les adolescents suédois, un questionnaire reprenant des informations sur le régime alimentaire, les catégories socio professionnelles, a été distribué à tous les élèves âgées de 15 ans ( N= 18158), et vivant dans la région de Västra Götaland en Suède. Le questionnaire a été retourné par 18137 élèves.

Un an plus tard, les résultats scolaires des élèves ayant répondu au questionnaire, ont été obtenus à partir des registres nationaux. Des modèles de régression linéaire multiple ont été appliqués pour évaluer l'association entre le régime alimentaire des élèves interrogés et les résultats scolaires (tout en ajustant certains facteurs de confusion potentiels comme l'éducation des parents).

Résultats:

Les résultats scolaires étaient plus élevés chez les enfants dont le régime alimentaire incluait la consommation d'1 poisson par semaine par rapport à ceux qui en mangaient moins d'1 fois par semaine (groupe de référence). (augmentation estimé à +14.5 avec un indice de confiance à 95%). Les résultats scolaires étaient encore plus élevés chez les élèves consommant du poisson 2 fois par semaine (augmentation de +20%, IC à 95%)

Conclusion:

La consommation fréquente de poisson chez les écoliers permet d'offrir des avantages en terme de réussite scolaire

Résumé de l'étude


 "Effet de la supplémentation en acides gras polyinsaturés à longue chaine sur le développement neurologique de l'enfant"

As Ryan, Jd Astwood, S Gautier, Cn Kurakto, Eb Nelson, M Salem

Martek biosciences corporation, Columbia, USA

Les Omégas 3 et  6 (AGPI-LC) sont essentiels pour le nourrisson et pour le développement du cerveau de l'enfant. Mais les niveaux de DHA (acide docosa hexaénoïque) et EPA (acide éicosa pentaénoïque) sont souvent faible dans les régimes alimentaires occidentaux. En plus des preuves provenant d'études épidémiologiques, l'étude indique que la supplémentation en DHA pendant la grossesse, l'allaitement ou l'enfance, joue un rôle très important dans le développement neurologique de l'enfant.

Plusieurs études ont montré une association positive entre le niveau de DHA dans le sang et les améliorations sur les tests de la fonction cognitive et visuelle chez des enfants sains. Des essais contrôlés ont également montré que la supplémentation en DHA et EPA peut aider dans la gestion des troubles psychiatriques de l'enfance, et d'améliorer les fonctions visuelles et motrices chez les enfants souffrant de phénylcétonurie. Dans toutes les études, la supplémentation en DHA et EPA est généralement bien tolérée.

Lien


Des études observationnelles ont montré un lien entre les troubles du développement de l'enfance et le déséquilibre du rapport Oméga 6/ Oméga 3. On peut citer comme exemple de troubles neurocognitifs

  • le déficit de l'attention avec hyperactivité (TDHA)
  • la dyslexie
  • la dyspraxie
  • les troubles du spectre autistique

Il est de plus en plus admis que le métabolisme des acides gras polyinsaturés peut être altéré chez les individus atteints du TDAH

Tous ces troubles sont associés à un manque relatif d'acides gras Oméga-3. 

Les carences et les déséquilibres de ces éléments nutritifs, non seulement pendant la phase de développement mais également durant toute la vie, ont des effets significatifs sur les fonctions cérébrales.[1]


[1] Schuchardt JP, "signifiance of long chain polyunsatured fatty acids (PUFAs) for the development and behaviour of children", Eur J Pediatr, 2010 Feb; 169 (2): 149-64